/ janvier 13, 2018/ L'Arbre à Palabres

Oprah Winfrey accepts the Cecil B. de Mille Award at the 75th Ceremony of the Golden Globes Awards, 7th January 2018 :

 

Full transcript of the speech :

In 1964 I was a little girl sitting on the linoleum floor of my mother’s house in Milwaukee watching Anne Bancroft present the Oscar for best actor at the 36th academy awards. She opened the envelope and said five words that literally made history, ‘the winner is Sidney Poitier.’

Up to the stage came the most elegant man I had ever seen. I remember his tie was white and, of course, his skin was black. I had never seen a black man being celebrated like that. And I have tried many, many, many times to explain what a moment like that means to a little girl, a kid watching from the cheap seats, as my mom came through the door, bone-tired from cleaning other people’s houses. But all I can do is quote and say that the explanation in Sidney’s performance in “Lilies of the Field,” “Amen, Amen…. Amen, Amen.”

In 1982, Sidney received the Cecil B. DeMille award right here at the Golden Globes. And it is not lost on me that at this moment there are some little girls watching as I become the first black woman to be given this same award. It is an honor and it is a privilege to share the evening with all of them, and also with the incredible men and women who’ve inspired, who challenge me, who sustain me and who made my journey to this stage possible. Dennis Swanson who took a chance on me for ‘AM Chicago,’ Quincy Jones who saw me on that show and said to Steven Spielberg, ‘Yes, she is Sophia from ‘The Color Purple,’ Gayle who is the definition of what a friend is and Stedman who is my rock. Just a few to name.

I want to thank the Hollywood Foreign Press…you all know the press is under siege these days. You also know it is the insatiable dedication to uncovering the absolute truth that keeps us from turning a blind eye from corporation and to injustice. To tyrants and victims and secrets and lies. I want to say I value the press more than ever before as we try to navigate these complicated times. Which brings me to this…

What I know for sure is that speaking your truth is the most powerful tool we all have. I’m especially proud and inspired by all the women who have felt strong enough, and empowered enough to speak up and share their personal stories. Each of us in this room are celebrated because of the stories that we tell. And this year we became the stories. But it’s not just the story affecting the entertainment industry. It’s one that transcends and culture, geography, race, religion, politics or workplace.

So I want tonight to express gratitude to all the women who have endured years of abuse and assault because they, like my mother, had children to feed and bills to pay and dreams to pursue. They’re the women whose names we’ll never know. They are domestic workers and farm workers. They are working in factories and they work in restaurants and in academia, and engineering, medicine and science. They are part of the world of tech and politics and in business. They are athletes in the Olympics and they are soldiers in the military.

And there’s someone else, Recy Taylor. A name I know I think you should know too.

In 1944, Recy Taylor was a young wife and a mother. She was just walking home from a church service when she was abducted by six armed white men, raped, and left by the side of the road. They threatened to kill her if she ever told anyone. But her story was reported to the NAACP, where a young woman named Rosa Parks became a lead investigator on her case. And together they sought justice. But justice wasn’t justice in the era of Jim Crow, the men who tried to destroy her were never persecuted. Recy Taylor died ten days ago, just shy of her 98th birthday. She lived, as we have lived, too many years in a culture broken by brutally powerful men. For too long women have not been heard or believed if they dared to speak their truth to the power of those men.

But their time is up… Their time is up.

I just hope that Recy Taylor died knowing that her truth, like the truth of so many other women who who were tormented in those years, and even now who are tormented, goes marching on. It was somewhere in Rosa Parks’ heart, almost 11 years later, when she decided to stay seated on that bus in Montgomery. And it’s here in every woman who chooses to say “me too” and every man who chooses to listen.

In my career what I’ve always tried my best to do, whether on television or through film, is to say something about how men and women really behave. To say how we experience shame, how we love, and how we rage, how we fail, how we retreat, persevere, and how we overcome. I’ve interviewed and portrayed people who have withstood some of the ugliest things life can throw at you, but the one quality all of them seem to share is an ability to maintain hope for a brighter morning. Even during our darkest nights.

So I want all the girls watching here and now to know that a new day is on the horizon!

And when that new day finally dawns, it will be because of a lot of magnificent women, many of whom are right here in this room tonight, and some pretty phenomenal men fighting hard to make sure that they become the leaders who take us to the time when nobody ever has to say “me too” again.

Source: Golden Globes

 

Traduction du discours complet :

«En 1964, j’étais une petite fille assise sur le sol en lino de la maison de ma mère à Milwaukee (Wisconsin), et je regardais Anne Bancroft introduire l’Oscar du meilleur acteur à la 36e cérémonie des Academy Awards. Elle a ouvert l’enveloppe et a prononcé cinq mots devenus historiques : « Le vainqueur est Sidney Poitier ».

Sur scène, monte l’homme le plus élégant que je connaisse. Je me souviens que sa cravate était blanche et, bien sûr, sa peau était noire. Je n’avais jamais vu un homme noir être célébré de la sorte, et j’ai passé tellement de temps par la suite à essayer d’expliquer ce que cela avait pu signifier pour une petite fille derrière son écran de télé alors que sa mère rentrait épuisée de son travail de femme de ménage. Mais tout ce que je peux faire est de citer ce que la performance de Sidney dans Lilies of the Field signifie : « Amen, amen, amen, amen ».

En 1982, Sidney a reçu le prix Cecil B. DeMille ici-même, aux Golden Globes, et je ne perds pas de vue qu’en ce moment, il y a des petites filles qui me regardent devenir la première femme noire à recevoir ce même prix. C’est un honneur et un privilège de partager la soirée avec chacune d’entre elles et aussi avec les incroyables hommes et femmes qui m’ont inspirée, qui m’ont défiée, qui m’ont soutenue et qui ont tout fait pour m’amener là où je suis aujourd’hui. Dennis Swanson qui a misé sur moi pour « A.M Chicago ». Quincy Jones qui m’a vue dans cette émission et qui a dit à Steven Spielberg « Oui, elle est Sophia dans La Couleur pourpre« . Gayle qui a été la définition même d’un ami, et Stedman (son compagnon de longue date, NDLR) qui a été mon roc. Si je ne devais citer qu’eux.

Je remercie la Hollywood Foreign Press Association car nous savons tous que la presse est en état de siège ces jours-ci. Nous savons également que c’est le dévouement insatiable de découvrir la vérité absolue qui nous empêche de fermer les yeux sur la corruption et l’injustice. J’apprécie plus que jamais la presse alors que nous essayons de naviguer dans des temps compliqués. Ce qui m’amène à cela…

Ce que je sais à coup sûr, c’est que dire notre vérité est l’outil le plus puissant que nous ayons tous. Je suis particulièrement fière et inspirée par toutes les femmes qui se sont senties assez fortes et habilitées pour parler et partager leurs histoires personnelles. Chacun d’entre nous dans cette salle est célèbre à cause d’histoires qu’il raconte, et, cette année, nous sommes devenus l’histoire. Mais ce n’est pas seulement une histoire qui affecte l’industrie du divertissement. C’est celle qui transcende toute culture, géographie, race, religion, politique ou tout lieu de travail.

Ce soir, je veux donc exprimer ma gratitude à toutes les femmes qui ont enduré des années d’abus et d’agressions parce qu’elles, comme ma mère, avaient des enfants à nourrir, des factures à payer, et des rêves à poursuivre. Ce sont les femmes dont nous ne connaîtrons jamais les noms. Elles sont domestiques, travailleuses agricoles, elles travaillent dans les usines, dans les restaurants, dans le milieu universitaire, dans l’ingénierie, dans la médecine, dans la science. Elles font partie du monde de la technologie, de la politique et des affaires. Ce sont nos athlètes aux Jeux olympiques et nos soldats dans l’armée.

Puis il y a quelqu’un d’autre : Recy Taylor. Un nom qui selon moi devrait être connu de tous.

En 1944, Recy Taylor était une jeune femme et une mère qui rentrait d’un service religieux auquel elle avait assisté à Abbeville, en Alabama, quand elle a été enlevée par six hommes blancs armés, qui l’ont violée, et laissée au bord de la route, les yeux bandés. Ces hommes ont menacé de la tuer si elle le racontait à quelqu’un, mais son histoire a été rapportée à la NAACP (National Association for the Advancement of Colored People, NDLR) où une jeune travailleuse du nom de Rosa Parks est devenue l’enquêtrice principale sur son cas. Ensemble, elles ont demandé justice. Mais la justice n’était pas une option à l’époque des lois Jim Crow. Les hommes qui ont essayé de la détruire n’ont jamais été arrêtés. Recy Taylor est décédée il y a dix jours, juste avant son 98e anniversaire. Elle a vécu comme nous tous avons vécu, trop d’années dans une culture brisée par des hommes brutalement puissants. Pendant trop longtemps, les femmes n’ont pas été entendues ou crues quand elles osaient dire la vérité face à ces hommes puissants.

Mais c’est fini. C’est fini. Time’s up !

J’espère seulement que Recy Taylor est morte en sachant que sa vérité, comme la vérité de tant d’autres femmes qui ont été tourmentées dans ces années-là et encore maintenant, continue à exister. C’était quelque part dans le cœur de Rosa Parks, onze ans plus tard, quand elle a pris la décision de rester assise dans ce bus à Montgomery, et c’est dans le cœur de chaque femme qui choisit de dire « me too » (moi aussi, NDLR) ainsi que dans chaque homme qui choisit d’écouter.

Dans ma carrière, que ce soit à la télévision ou au cinéma, j’ai toujours essayé d’exprimer quelque chose sur le réel comportement des hommes et des femmes. Dire comment nous éprouvons la honte, dire comment nous aimons et comment nous rageons, comment nous échouons, comment nous nous retirons, persévérons, et comment nous surmontons. J’ai interviewé des gens qui ont résisté à certaines des choses les plus monstrueuses de la vie, mais la seule qualité que tout le monde semble partager est la capacité à maintenir l’espoir d’un matin meilleur, même pendant nos nuits les plus sombres.

Je veux que toutes les filles qui me regardent ici sachent qu’un nouveau jour est à l’horizon !

Et quand ce jour nouveau apparaîtra enfin, ce sera grâce à beaucoup de femmes magnifiques, dont de nombreuses sont dans cette pièce ce soir, et de quelques hommes assez phénoménaux, qui se battent pour s’assurer qu’ils deviendront les leaders d’un temps où plus personne ne devra plus jamais dire « me too« .»

Traduction Figaro Madame (légérement adapté)

 

 

 

Leave a Comment